Arts

Exhibitions

Events

Artists

Residency

SPACE Studios

Kindling Fund

Ideas

About

Reader

Calendar

Donate

Arts

Artists

Ideas

Calendar

Menu Close

1968: L’historique d’une histoire faite de symboles / 1968: the timeline of a history of symbols

Titi De Baccarat

Info
Nov 12, 2020 – Jan 3, 2021

Déclaration d’artiste 

Je ne fais pas de politique, je ne participe à aucune élection aux États-Unis et je n’appartiens à aucune représentation politique mais, je pratique un art engagé, intense, qui a une opinion et qui ne s’excuse pas. Mes créations artistiques sont à la fois poétique et sociale. Je crée parce que je rêve comme Martin Luther King l’a fait en son temps. Je crois que les choses ne changent que si nous rêvons mais, ce ne sont pas seulement les œuvres d’art qui créent le changement; le changement est créé par les pensées, les questions et les émotions que l’art suscite.

Installation intitulé: 1968: L’historique d’une histoire faite de symboles.  

En 1968, lors de la cérémonie de remise des médailles du 200 m des J.O de Mexico, devant 400 millions de spectateurs, les Américains Tommie Smith et John Carlos baissent la tête et lèvent un poing ganté de noir lors de l’hymne américain pour indiquer a la face du monde le racisme dont sont victimes les noirs aux Etats-Unis (les deux athlètes vont alors etre exclus du Comite Olympique Americain et vont reçevoir un certain nombre de menaces de mort).

En Avril de la même année, Martin Luther King est assassiné à Memphis ce qui déclenche un nombre de troubles très graves. Dans plus de 100 villes aux Etats-Unis les émeutes raciales ont lieu qui se solde par une cinquantaine de morts.

Presque cinquante ans plus tard, en 2016, alors que les joueurs et les spectateurs du stade de San Diego se lèvent pendant l’hymne national, le quarterback de 49ers Colin Kaepernick ne suit pas le mouvement. À la place, il pose son genou droit à terre pour attirer l’attention sur les inégalités et le racisme que subissent les noirs en Amérique (ce geste va lui coûter d’être sur liste noire de la NFL et d’être au chômage jusqu’à ce jour).

Quatre ans plus tard, le 25 mai 2020, un homme noir est assassiné de la manière la plus inhumaine par la police pour une histoire de $20 dans la ville de Minneapolis dans l’etat du Minnesota ce qui déclenche une série de manifestations et émeutes contre le racisme et les violences policières  dans l’agglomération de Minneapolis-Saint Paul, puis dans le reste du pays et dans le monde entier. Au moins 4 400 personnes ont été arrêtées au cours de plusieurs jours de manifestations, selon un décompte établi par l’agence de presse Associated Press…

Quelques mois après la mort de George Floyd et de Breonna Taylor, les Etats- Unis élisent leur 46e président dans un contexte de tension raciale et de menace d’une guerre civile. 

Les symboles:

  • Les 46 cols de chemises qui composent le drapeau Américain représentent le nombre des présidents qui ont dirigé l’Amérique depuis Georges Washington jusqu’au nouveau président élu.
  •  Le poing ganté représente la force et la dignité noire.
  • Les chaussettes noires représentent la pauvreté dans la communauté noire américaine.
  • Les cordes représentent l’oppression et les injustices que subissent la communauté noire américaine.
  • Un genou a terre représente la protestation pacifique contre les brutalités policières à l’égard des noirs américains.

Artist Statement

I don’t do politics, I don’t participate in U.S elections, and I don’t belong to any political party. Still, my art practice is one that is politically-engaging, intense, opinionated, and unapologetic. My artwork is both poetic and socially-conscious. I create because I dream, just as Martin Luther King did in his lifetime. I believe things cannot change unless we dream, but art alone does not create change; change comes from the thoughts, questions, and emotions that art provokes. 

The installation is titled: 1968: The timeline of a history of symbols.

At the 1968 Olympic Games in Mexico, during the medal ceremony for the 200m race, the Americans, Tommie Smith and John Carlos lower their heads while each raising a black-gloved fist as the American national anthem plays, to show the rest of the world the racism Black people suffer in the United States (the two athletes would later be excluded from the American Olympian Committee and receive many death threats).

In April of that same year, Martin Luther King is assassinated in Memphis, an act that triggers a period of civil unrest. In more than 100 cities in the United States, subsequent race riots kill more than 50 people. 

More than fifty years later, in 2016, as players and spectators stand up in a San Diego stadium for the national anthem, 49er’s quarterback, Colin Kaepernick, does not move. Instead, he places his right knee on the ground to call attention to the continued inequalities and racism Black people face in America (this gesture would cost him his job, as he is blacklisted from the NFL and still unemployed to this day). 

Four years later, on May 25th, 2020, a Black man in Minneapolis, Minnesota is murdered by police in the most inhumane way because of a supposed counterfeit $20 bill. This sparks a series of protests and riots against racism and police brutality in the Minneapolis-Saint Paul metropolitan area that spreads across the country and then the world. According to a count compiled by the Associated Press, at least 4,400 protests are subsequently arrested.

Some months after the death of George Floyd and Breonna Taylor, the United States people are electing their 46th president amidst heightened racial tension and the threat of civil war.

The symbols: 

  • The 46 shirt collars that make up the American flag represent the number of presidents who have ruled America from George Washington to our newly-elected president.
  • The gloved-fist represents Black power and dignity. 
  • The black socks represent poverty in the Black American community. 
  • The ropes represent the oppression and injustices suffered by the Black American community.  
  • A bent knee represents the pacifist protest against the police brutality Black Americans face.

Biographie

Titi de Baccarat est un artiste qui possède de nombreuses facettes à la fois peintre, sculpteur, bijoutier, concepteur de vêtements et écrivain. Dédié à la justice dans un contexte politique hostile, il a été forcé de fuir son pays, le Gabon, avec seulement la richesse de sa capacité artistique. Il vit à Portland depuis février 2015. Il travaille à travers son identité africaine et son expertise artistique pour contribuer à la culture de la ville. Il croit que “l’art réhabilite l’amour car réunissant des gens de tous les pays, de toutes origines, de toutes les cultures et de toutes les ethnies”.

Au Gabon, les peintures de Titi de Baccarat ont décrit l’histoire du continent noir. Il a canalisé ses expériences de démocratie, en promouvant une culture de la paix et de la solidarité et en dénonçant les conflits armés et guerres qui ont coûté des millions de vies en Afrique.

Aux États-Unis, sa collection de bijoux ethniques, fabriqués avec divers matériaux, cuir, bois et métaux assortis, célèbre la beauté et la lutte des peuples du monde entier face à leurs oppresseurs. Sa collection de vêtements pour hommes et femmes inspirée des jumeaux siamois, se compose de 27 dessins axés sur la solidarité et l’humanisme.

Son livre, «La sexualité ancestrale dans la forêt des abeilles», est une collection de proverbes érotiques inspirés de son séjour de six mois avec les Pygmées dans les forêts du nord du Gabon; Titi de Baccarat recherche actuellement un éditeur. Ses travaux à venir décrivent son expérience en tant qu’immigrant aux États-Unis: ses douleurs, ses peurs, ses incertitudes mais aussi ses espoirs pour l’avenir.

“L’immigration n’est pas une couleur, c’est une douleur et un espoir”.

BIO

Titi de Baccarat is an artist who possesses many facets ­­at once: painter, sculptor, jeweler, clothing designer, and writer. Dedicated to justice in a hostile political context, he was forced to flee his country, Gabon, with only the wealth of his artistic ability. He has lived in Portland, Maine since February 2015. He works through his African identity and artistic expertise to contribute to the culture of the city. He believes that “Art rehabilitates love, bringing together people of all countries, of all backgrounds, of all cultures, and all ethnicities.”

In Gabon, Titi de Baccarat’s paintings described the history of the Black Continent. He channeled his experiences of democracy, promoting a culture of peace and solidarity, and denouncing armed conflict and war which have claimed millions of lives in Africa.

In the USA, his collection of ethnic jewelry, made with various materials— leather, wood, and assorted metals— celebrates the beauty and struggle of peoples around the world standing to face their oppressors. His collection of clothing for men and women, inspired by the concept of conjoined twins, consists of 27 designs focused on solidarity and humanity.

His book, “Ancestral Sexuality in the Forest of Bees”, is a collection of erotic proverbs inspired by his six­ month stay with the Pygmy in the forests of northern Gabon; Titi de Baccarat is currently looking for a publisher.

His upcoming works will describe his experiences as an immigrant in the United States: his pain, fear, uncertainty, and his hope for his future here.

“Immigration is not a color, it is pain and hope.”


Photos by Carolyn Wachnicki. Designed print by Pickwick Independent Press artist, Jo Tatlock. Translation into English by Geneviève Beaudoin.

We’re reopening & a special message from the SPACE Staff! Click here to read more.